LIVRE

Le Courage de la nuance

Jean Birnbaum

« Nous étouffons parmi des gens qui pensent avoir absolument raison », disait Albert Camus, et nous sommes nombreux à ressentir la même chose aujourd’hui, tant l’air devient proprement irrespirable. Les réseaux sociaux sont un théâtre d’ombres où le débat est souvent remplacé par l’invective : chacun, craignant d’y rencontrer un contradicteur, préfère traquer cent ennemis. Au-delà même de Twitter ou de Facebook, le champ intellectuel et politique se confond avec un champ de bataille où tous les coups sont permis. Partout de féroces prêcheurs préfèrent attiser les haines plutôt qu’éclairer les esprits.

Date de parution 11/03/2021 - 14.00 € TTC - 144 pages

En savoir plus

 
ARTE

Georges Bernanos sous le soleil de l’Artois

Invitation au voyage (28/09/2021)

Tout au nord de la France, l’Artois est pour l’écrivain Georges Bernanos la terre originelle, le berceau de son imaginaire. Grand auteur catholique du XXe siècle, il explore le combat entre le Bien et le Mal. Dans deux de ses chefs-d'œuvre, Sous le soleil de Satan et Journal d’un curé de campagne, il fait de l’Artois un personnage romanesque à part entière.

Voir l'émission

 
FRANCE INTER

Georges Bernanos et l’honneur de la France

Le grand écrivain catholique, dans sa jeunesse batailleuse, avait été violemment d'extrême droite. La guerre d'Espagne et les capitulations successives de la France changent son regard. Au nom de son catholicisme même, Georges Bernanos sera intensément antifranquiste, furieusement antipétainiste.

LIVRE

Georges Bernanos, la colère et la grâce

Georges Bernanos fut, de 1926 où il fit se lever le Soleil de Satan sur la France des années folles à l’ultime Dialogue des Carmélites en 1948, un romancier de la sainteté et de l’enfance autant qu’un écrivain de combat.

De L’Action française à L’Intransigeant, il emboucha la presse comme une trompette de l’Apocalypse, et ses innombrables articles se confrontèrent sans répit à la ploutocratie démocratique et à la bien-pensance bourgeoise. Son engagement, mené seul au nom du Christ pauvre et de la vocation religieuse de la France de Jeanne d’Arc et de Péguy, le conduisit du tableau d’honneur des Camelots du roi aux rangs de la France libre. Véritable lanceur d’alertes politiques, il donna aussi l’assaut à l’Europe fasciste comme aux États-empires de la guerre froide et à leurs contingents d’hommes-machines...

François Angelier - Édition du Seuil - Religions / Spiritualités - Date de parution 16/09/2021
25.00 € TTC - 576 pages

Pour en savoir plus

 
LE POINT

BHL – Chevalier chrétien, héros républicain et prophète juif

L’auteur de « L’Idéologie française » réévalue Georges Bernanos ; un roman sur les dernières années de Clemenceau ; « Le Messie » de François Meyronnis.

Cela fait exactement quarante ans que j'ai publié L'Idéologie française, réquisitoire contre un fascisme français dont je sentais bien qu'il n'avait pas dit son dernier mot. Si j'avais un regret, un seul, ce serait d'avoir, dans ce livre de colère et de vérité, été peut-être vite en besogne dans mon jugement sur Bernanos. Je lis, aujourd'hui, le vibrant Où allons-nous ? publié, en septembre 1943, à Lyon, dans les Cahiers du Témoignage chrétien clandestins et que reproduisent les éditions du Seuil. Je dévore ce court texte, ce tract, lancé, depuis la ferme de la Croix-des-Âmes, au Brésil, où...

Lire l'article sur le point.fr

TRIBUNE

L’espérance contre l’optimisme

Pour Bernanos, l’optimiste et le pessimiste ont en commun de ne pas faire face au réel. Le choix alternatif est celui de l’espérance, qui est toujours une victoire, donc un risque.

« Ne sombrons pas dans la vision déprimante de Georges Bernanos, qui disait : “L’optimisme est une fausse espérance à l’usage des lâches et des imbéciles.” Préférons celle de Baden-Powell : “L’optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès.” » Tel était le programme que fixait récemment un énergique entrepreneur, pour que l’avenir soit meilleur. Il nous invitait ainsi à être « pleins d’espoir ». Le patronage du fondateur du scoutisme rend évidemment l’appel fort sympathique. On peut aisément se convaincre que le héros du siège de Mafeking est un maître de vie plus joyeux que l’ancien poilu des tranchées et qu’entonner « un scout regarde en avant » vous amènera plus loin que le séjour dans « la vallée de larmes » du Salve Regina.

Lire l'article sur Aleteia.org

1 2